Elea Laureen, Soupir d'une Plume de Lyre

Elea Laureen, Soupir d'une Plume de Lyre

Le Processus (9)

VOLET IV

 

Le Processus

 

🎼 Cliquez sur la musique en bas de page avant de commencer la lecture

 

Les années se sont écoulées mais les blessures du passé ne sont pas refermées... Tout au plus sont-elles enfouies dans les archives des méandres de son cerveau mais à tout moment peuvent ressurgir ! Il suffit d'un choc émotionnel pour que ces brisures se mettent à brûler et devenir incandescentes ...

La maladie se fait toujours présente et s'est alourdie d'autres problèmes de santé mais elle fait bonne figure et continue son combat !

La vie nous réserve souvent bien des surprises mais il faut y faire face ... Toute sensibilité est à porter comme on porte un glaive ! Et à manier avec prudence ... Car elle peut se retourner contre la personne qui en est dotée ... La prudence est donc de mise ! 

Pendant toutes ces années, elle est donc restée très discrète à gérer son petit ménage au mieux et occuper un poste à responsabilité tout en restant dans sa bulle ... Ne pas faire de vague est son crédo ! 

Pourtant, on ne peut tout garder en soi indéfiniment... Il arrive un moment ou à force de conserver ses souffrances, elles finissent par nous ronger et nous consumer de l'intérieur ! Il faut se rendre à l'évidence, lâcher du lest semble la récompense ... Mais comment quand on a accumulé plus que de raison ?

C'est au départ de sa maman, que sa route pris une autre voie ! Voix qui se sont révélées, comme guidées par son chagrin. C'est déconcertant et en même temps providentiel, mais le contact fut établi alors qu'elle était dans un silence profond ... Comme si une nouvelle porte s'ouvrait sur ce monde invisible qu'elle connaissait d'aussi loin qu'elle pouvait s'en souvenir, comme si elle avait été choisie ! 

Ils sont revenus vers elle, ses amis éphémères de la nocturne stellaire qu'elle avait souvent côtoyés. Ces messagers du ciel emportant sous leurs ailes tous les secrets bien gardés ! Elle s'est découvert une âme d'altruiste et sa bienveillance s'est ouverte au monde extérieur ...  Chose qu'elle s'était toujours refusée !

D'une plume d'ange elle confie son art-thérapie et sa poésie à qui veut l'entendre ... Et se libère du poids de son existence au fil de ses mots, la broderie se fait de plus en plus légère et fluide comme un soupir, une fragrance délicate ... Sur un fil d'argent, elle dessine ce qu'elle ressent, ce qu'elle voit et ce qu'elle pressent !

Partie à la rencontre d'elle-même, dès ce jour, elle commence à colmater ses cicatrices peu à peu et à graver de fil d'or chaque brisure qui l'avait jusqu'alors hantée ... La transformation avait débuté ! Comme le Kintsugi, cet art ancestral, avec patience elle poudre chaque cicatrice de poussières d'étoile et s'étend tendrement sur la toile ...

 

Son cœur et son âme légèrement rapiécés, embellis, elle porte fièrement ses blessures. Ils deviennent paradoxalement plus précieux brisés et réparés ! Elle transcende ainsi chaque épreuve et vous rappelle que vos cicatrices sont la preuve que vous avez surmonté vos difficultés et qu'elles vous apportent un supplément d'âme. Cette âme dont elle prend soin chaque jour que Dieu fait et dont la lumière brille comme un phare dans la nuit ! 

Si l'écriture a pu l'aider peut-être que ces mêmes mots pourront aider d'autres personnes ... Elle se devait de les partager quand bien même ils ne seraient lus que par une seule personne ! Sa mission était d'écrire et laisser ses mots s'envoler grâce à ces amis papillons de nuit ! Lâcher prise pour mieux vivre ... Mais cela sera t'il efficace ? Seul l'avenir nous le dira !

Ephémère est notre vie. Mais si nous devons partir un jour, laissons au moins la trace de cette existence aux couleurs de bienveillance ... 

 

© Elea Laureen, 2022
Texte protégé
DPP 9384-48094
 
Image du Web
 

“Il faudrait écrire sans jamais penser qu'on sera lue
ou alors par des êtres dotés d'une immense compassion et
qui vous pardonneront d'user votre vie à restituer l'impalpable
traversée des heures, des minutes, des secondes. Autant dire rien.”

~ Françoise Lefèvre / Souliers d'automne ~

 

 

 


06/11/2022
6 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au site

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 118 autres membres